Le capital-risque joue un rôle important dans tout le cycle de création d’entreprises privées en investissant dans des entreprises à tous les stades de leur croissance. Savoir comment le capital-risque fonctionne dans l’écosystème de l’innovation peut aider les fondateurs d’entreprises en démarrage à forte croissance à obtenir le financement dont ils ont besoin.

Les entreprises en démarrage ayant une grande consommation de capitaux et des projets ambitieux ont souvent besoin d’acquérir du capital-risque pour alimenter leur croissance. Se frayer un chemin dans le monde du capital-risque peut s’avérer décourageant, et le processus d’obtention de fonds de capital de risque est rarement simple. Cet article couvre les bases du capital-risque pour les fondateurs novices, ainsi que des sujets plus complexes, notamment les questions suivantes :

  • Qu’est-ce que le capital-risque ?
  • Qui sont les principales parties prenantes ?
  • Pourquoi les entreprises en démarrage recherchent-elles du capital-risque ?
  • Pourquoi les sociétés de capital-risque investissent-elles dans les entreprises en démarrage ?
  • Comment fonctionne un fonds de capital de risque ?
  • Le processus typique d’investissement en capital-risque
  • Les attentes des entreprises en démarrage qui font appel au capital-risque
  • Ce que les entreprises en démarrage doivent prendre en compte lorsqu’elles recherchent du capital-risque

Qu’est-ce que le capital-risque ?

Le capital-risque désigne les fonds injectés par des investisseurs, également connus sous le nom de « sociétés de capital-risque », dans des entreprises privées sélectionnées (dès le stade du préproduit et jusqu’au stade précédant l’émission de titres préalables à un premier appel public à l’épargne) qui démontrent un fort potentiel de croissance et une capacité à générer un excellent rendement ajusté au risque pour les investisseurs. En échange de leur capital, les investisseurs reçoivent une participation dans l’entreprise privée.

« Les entreprises (qui reçoivent du capital-risque) ont été convaincues par les sociétés de capital-risque de leur capacité à se positionner en tant que chef de file du marché, à devenir une entreprise singulière et à produire ainsi un rendement exceptionnel », explique John Rikhtegar, vice-président, Capital-développement, Capital-risque RBCx.

Bien que le capital-risque ait servi à l’origine à financer les entreprises naissantes, l’écosystème a depuis mûri, créant un besoin continu de capitaux pour alimenter une croissance qui consomme des liquidités. Aujourd’hui, le capital-risque joue un rôle important dans tout le cycle de création d’entreprises privées en investissant dans des entreprises à tous les stades de leur croissance. Étant donné que les entreprises soutenues par les sociétés de capital-risque possèdent peu ou pas d’actifs physiques ou de stocks, que leurs comptes clients sont négligeables et qu’elles consomment des capitaux (ce qui les empêche d’assurer le service de la dette), elles ont souvent du mal à se qualifier pour les formes traditionnelles de financement, telles que les prêts bancaires.

« Le capital-risque a joué un rôle déterminant en alimentant l’innovation technologique, en soutenant la croissance de l’emploi et en établissant une solide économie du savoir au Canada. »

« Le capital-risque a joué un rôle déterminant en alimentant l’innovation technologique, en soutenant la croissance de l’emploi et en établissant une solide économie du savoir au Canada. Il est tout aussi important de noter que les meilleurs fonds de capital de risque, généralement ceux qui se situent dans le quartile supérieur ou mieux pour leur millésime, ont produit de solides rendements ajustés au risque pour leurs investisseurs, déclare M. Rikhtegar. Sans l’accès à ce type de capital, l’écosystème canadien de l’innovation serait loin d’être aussi solide qu’il l’est aujourd’hui. »

Capital-risque et capital-investissement

Le capital-investissement est défini comme un capital directement investi dans des entreprises privées et comprend une gamme de stratégies de placement. Le capital-risque est un type de capital-investissement ; cependant, la majorité du capital-investissement est investie dans des entreprises établies, et non dans des entreprises en démarrage. Une stratégie typique de placement en capital-investissement consiste à prendre une participation majoritaire dans une entreprise, à jouer un rôle de gestion active pour en augmenter la valeur, puis à vendre la participation des investisseurs en réalisant un bénéfice. Par rapport au capital-risque, le capital-investissement présente généralement les caractéristiques suivantes :

  • un investissement moins risqué, étant donné que les cibles traditionnelles du capital-investissement sont généralement des entreprises matures dont les rendements sont moins volatils
  • un rendement relatif de l’investissement inférieur à celui d’un investisseur dans une entreprise technologique à succès en phase de démarrage
  • un investissement à plus court terme étant donné que le processus d’obtention de liquidités est plus rapide pour les entreprises matures que pour les entreprises en démarrage
  • En raison du taux d’échec élevé des entreprises en démarrage (également connu sous le nom de taux de mortalité), les investisseurs en capital-risque s’attendent à ce qu’un grand nombre de leurs investissements soient réduits à néant. C’est en partie pour cela que le capital-risque et l’investissement en phase de démarrage sont considérés comme une classe d’actifs plus « risquée ».

Capital-risque et prêt d’amorçage-investissement

Un investissement en capital-risque est fourni par un investisseur en échange d’actions privilégiées dans cette entreprise, sans conditions de remboursement prédéterminées. Il est donc considéré beaucoup plus favorablement que les conditions traditionnelles d’intérêt plus capital d’un financement traditionnel par emprunt auprès d’une institution financière. En conséquence, le prêt d’amorçage-investissement est la première source de capital de croissance pour les sociétés fermées, surtout si l’on tient compte du fait que les entreprises technologiques en phase de prébénéfice, qui consomment beaucoup de capitaux, ont peu de chances d’obtenir un financement par l’emprunt.

En complément du capital-risque, le prêt d’amorçage-investissement a été mis en place pour pallier le manque de financement par l’emprunt de l’ensemble de l’industrie technologique. Le prêt d’amorçage-investissement est un type de prêt proposé par des institutions bancaires spécialisées dans la technologie et des prêteurs non bancaires à des entreprises en démarrage ou en phase de croissance qui ont réussi une collecte de fonds en capital-risque. Le prêt d’amorçage-investissement est destiné à soutenir la croissance et à étendre la marge de manœuvre opérationnelle. Il est structuré comme un prêt à terme avec un calendrier de paiements et ne dilue généralement pas la propriété, mais il est assorti d’une position nominale en bons de souscription qui peut avoir une incidence sur la propriété de l’entreprise, si elle est exercée.

Qui sont les acteurs clés du capital-risque ?

Le fonctionnement du capital-risque s’articule autour de trois grands acteurs. Comprendre le rôle de chacun permet de décrire précisément le fonctionnement de cette classe d’actifs dans l’économie de l’innovation. Les principales parties prenantes sont les suivantes :

  • Fondateur de l’entreprise
  • Société de capital-risque
  • Associé commanditaire

Le rôle des fondateurs d’entreprise

L’écosystème du capital-risque n’existerait pas sans l’entrepreneur. Les fondateurs d’entreprises en démarrage qui ont de grandes ambitions ont inévitablement besoin de partenaires financiers pour aider leur entreprise à se développer et à couvrir ses besoins en capitaux. C’est donc le fondateur qui amorce le processus de capital-risque en s’adressant aux investisseurs et en choisissant de s’associer à des investisseurs en capital-risque pour financer le développement de son entreprise.

« Les fondateurs sont au cœur de tout l’écosystème du capital-risque. Ils sont suffisamment audacieux pour parier sur eux-mêmes et sur leur équipe, et ont l’ambition profonde de transformer une jeune entreprise en une entreprise établie et reconnue », explique M. Rikhtegar.

Le rôle des capital-risqueurs

Le rôle des sociétés de capital-risque est d’apporter des capitaux et un soutien aux entreprises qui, selon elles, ont de grandes chances de devenir des chefs de file du marché. L’associé commandité occupe le poste le plus élevé dans un fonds de capital de risque. Il est responsable de la prise et de la gestion des décisions d’investissement de sa société. En fin de compte, le rôle d’un associé commandité et d’un capital-risqueur est le même, bien que le terme « associé commandité » soit utilisé dans le contexte d’un fonds de capital de risque et que le terme « capital-risqueur » puisse être utilisé au sein d’un fonds ou pour désigner un investisseur individuel. Au fur et à mesure que ces capital-risqueurs construisent leur portefeuille et voient certains de leurs investissements devenir des entreprises établies, la recherche d’un processus d’obtention de liquidités (c’est-à-dire une sortie) deviendra la priorité.

L’associé commandité occupe le poste le plus élevé dans un fonds de capital de risque. Il est responsable de la prise et de la gestion des décisions d’investissement de sa société.

« En règle générale, les trois principales voies d’acc