Si vous êtes passé devant un chantier de construction cet été, vous avez frôlé l’une des plus grandes sources d’émissions de carbone de la planète.

Écoutez sur Apple Podcasts, Google Podcasts, Spotify ou Simplecast

L’industrie du béton est responsable d’environ 7% des émissions mondiales, et cela devrait augmenter fortement au cours du prochain quart de siècle alors que les villes d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine gonflent et créent une nouvelle demande pour les gratte-ciel, les autoroutes et les barrages hydroélectriques. Une nouvelle étude du Forum économique mondial indique que les émissions du ciment pourraient augmenter de 23 % d’ici 2050, érodant les gains possibles réalisés par l’énergie et l’agriculture.

Un effort d’ingénierie audacieux pour recycler ce carbone – littéralement en l’enfouissant dans du béton – peut être le meilleur espoir de compenser cette croissance.

Considérez-le comme une boîte bleue pour le carbone.

“L’utilisation du carbone » consiste à aspirer le carbone de l’atmosphère et à l’injecter dans le béton. C’est une pratique qui se développe rapidement.

Rob Niven, un pionnier canadien dans le domaine, voit la technologie comme une opportunité économique autant qu’environnementale.

“Au lieu de jeter (le carbone), vous le transformez en quelque chose de précieux », déclare Niven dans le dernier épisode de RBC Disruptors, notre podcast hebdomadaire sur la façon dont la technologie change tout autour de nous.

Disruptors : Road to Net Zero – Comment le béton peut ouvrir la voie

Entreprise de Niven basée à Halifax, CarbonCure, a sa technologie installée dans plus de 250 sites dans le monde. Alors que des pays comme la Chine et l’Inde dépensent énormément en infrastructures urbaines, Niven croit qu’il pourrait y avoir 100 000 sites dans le monde qui auraient besoin de la technologie canadienne.

“Nous construisons une ville de New York chaque mois pendant les 40 prochaines années », déclare Jennifer Wagner, présidente de CarbonCure.

Selon un récent study par McKinsey & Co., les nouvelles technologies pourraient aider l’industrie du ciment à réduire ses émissions au niveau de 2017 de plus des trois quarts d’ici 2050.

Une coalition dirigée par le Forum économique mondial tente d’amener les principaux émetteurs à s’engager sur des objectifs et à mettre l’industrie du béton et du ciment sur la voie d’atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2050. Mais ils auront besoin de technologies révolutionnaires pour y parvenir.

“Si vous pouvez trouver un alignement entre le gain économique et le bénéfice environnemental, alors vous avez quelque chose qui est vraiment évolutif à l’échelle mondiale,” Niven dit.

Quelques autres points saillants de notre conversation avec Niven et Wagner

1. Le monde n’atteindra pas Net Zero sans béton

Une grande partie du débat sur le climat se concentre sur le pétrole et le gaz, en tant que principale source d’émissions de gaz à effet de serre. Le béton joue également un rôle essentiel en tant que source majeure qui pourrait augmenter dans les décennies à venir sans nouvelles technologies.

2. L’industrie a besoin de changement

Les industries du ciment et du béton comptent parmi les utilisateurs d’énergie les moins efficaces et devront devenir beaucoup plus rentables à mesure que les gouvernements poussent les constructeurs à faire plus avec moins.

3. La technologie est la clé

L’étude McKinsey a révélé que l’amélioration des processus pourrait ne représenter que 20 % des réductions d’émissions nécessaires dans le secteur. Chaque mètre cube de béton qui utilise des technologies d’utilisation du carbone, en revanche, peut éviter que 25 livres de CO2 ne pénètrent dans l’atmosphère. Un gratte-ciel peut faire le travail de près de 900 acres de forêt.

4. Les gouvernements peuvent déplacer les marchés

Le gouvernement est le plus gros acheteur de béton, principalement pour les grands projets d’infrastructure. Aux États-Unis, de nombreux États et municipalités exigent désormais des constructeurs qu’ils s’engagent à réduire leurs émissions, ce que les gouvernements canadiens commencent également à faire.

5. Il ne s’agit pas seulement d’émissions futures

Même si le monde arrêtait l’utilisation des combustibles fossiles et du béton aujourd’hui, il y a suffisamment de carbone dans l’atmosphère pour continuer à causer des problèmes. La capture, l’utilisation et le stockage du carbone peuvent récupérer ces anciennes émissions et les enraciner dans le sol – ou dans le béton.